On a testé le nouveau bateau !

Lors de notre pré-mission de consultation, nous avons testé la vie à bord du nouveau bateau pendant une semaine ! C’est le grand confort : un pont entier est réservé à l’usage des missionnaires. En-dessous : la consultation, les lunettes, l’anesthésie, le bloc, la stérilisation et la réserve de consommable. Les étagères débordent.

Deux salles d’opération avec deux phacos Legacy,  deux micros (Moller et Zeiss + 1 micro supplémentaire). En revanche, il n’y a qu’une seule table opératoire pour le moment :/

Pour les bricoleurs et en cas de besoin : une réserve de pédales micro et phaco, un écran phaco et divers pièces sont disponibles dans la cale à l’avant. Aujourd’hui, tout le matériel en place fonctionne parfaitement et n’attend plus que vous.

Bonnes missions à tous les suivants !

Bateau-clinique : état d'avancement

La construction du nouveau bateau a commencé début juin sous la surveillance du président de l’association qui se rend régulièrement au Cambodge.

La coque sera en acier afin de résister aux insectes qui ont rendu impossible nos missions cette année. Ce bateau est prévu pour rejoindre des villages plus isolés, car il possédera 2 blocs opératoires, des chambres, des sanitaires et une cuisine moderne et sera équipé d’un groupe electrogène et de panneaux solaires permettant une autonomie suffisante pour chaque mission dont le nombre déjà prévu est en augmentation.

Les travaux devraient être terminés fin novembre et nous devrions pouvoir installer le matériel, déjà parti par container, pour démarrer les missions courant janvier 2015. Encore merci aux nombreux donateurs qui ont permis de finaliser ce nouveau bateau.

Bateau-clinique : état d'avancement

Le président de l’association s’est rendu à Phnom Penh fin décembre pour finaliser le projet d’achat du futur bateau clinique. Il en ressort qu’il est préférable d’opter pour l’achat d’un bateau neuf sans cloisons et de le confier ensuite à une société afin de l’aménager selon nos besoins spécifiques. Cela pourrait être finalisé pour la fin de l’été et les missions pourront alors redémarrer, toutes nos équipes étant impatientes et prêtes.

Il est évident que les sommes nécessaires sont importantes pour une association comme la nôtre mais c’est sur ce concept que nous travaillons depuis le début : apporter des soins de qualité (aux normes européennes) à une population sans ressources et sans médecins car éloignée des villes avec un réseau routier peu praticable 6 mois par an.

Nous remercions les personnes et les sociétés qui depuis le début nous aident à réaliser ce magnifique projet et nous espérons que d’autres participeront bientôt pour nous permettre d’améliorer encore notre activité notamment avec les missions à Madagascar et peut-être aussi au Bénin.

Donner c’est aussi beaucoup recevoir.

CR de notre intervention à Madagascar

Participants : Hubert Georges, Frank Bequet, Elisabeth Buisson, Dr Honorette, Alain Prugnaud, Florent Roger, Sophie Dupouy, Jean-Yves Chupin et Ysabel Gorry.

Nous avons consulté sur l’île de Nosy Be samedi et dimanche matin (à préciser) dans un centre de médecine du travail, sans moyens techniques : consultation de dépistage.

Transfert par bateau le dimanche après-midi (à préciser) sur Ambandja, installation du matériel et des consommables.

Consultations et blocs à la clinique Saint-Damien, ville de Ambandja, du lundi matin au samedi midi (à préciser).

Bilan chiffré : 432 consultations, 242 paires de lunettes, plus de 50 blocs dont 18 extra caps, 25 phacos, énucléation d’un bébé de 6 mois, 1 contusion de globe, 2 trabeculectomies, des pterygions. Plutôt que de chercher à faire du nombre, nous avons préféré privilégier la qualité à la quantité.

Nos objectifs étaient :

  1. d’emmener à bon port du matériel (autoréfracteur, phacoémulsificateur avec pièces à main, vitréotomes, lampe à fente avec tonomètre, et table électrique) à la fois pour les mettre à disposition, et pour créer une base solidement équipée sur place ;
  2. de partager une expérience de phacoémulsification avec le Dr Honorette ; compte-tenu de sa dextérité et de son énorme acquis antérieur, elle a réalisé parfaitement ses 20 premières phacos ;
  3. de valider la formation des deux opticiens salariés de la clinique et présents sur place ;
  4. de créer des liens durables avec le Dr Honorette pour un échange qui puisse se prolonger dans le temps ;
  5. de créer des liens avec la clinique pour autoriser la poursuite d’une activité sur Ambandja ;
  6. d’envisager une extension d’activité à terme.

Tous nos objectifs ont été atteints. Nous avons rencontré sur l’île de Nosy Be le directeur d’une clinique toute neuve qui n’attend que des médecins pour y exercer : il a formulé le vœu de notre venue.

CR de l'assemblée générale 2012

L’assemblée générale s’est déroulée le samedi 26 mai à Angers où nous avons été accueillis par l’équipe d’Elisabeth Buisson. Au cours de cette assemblée les rapports moral et financier ont été commentés et votés : nous avons préparé 6 missions qui débuteront soit mi-août, soit début septembre pour se terminer fin janvier.

Le futur bateau n’est toujours pas acheté en raison de la décision définitive de la taille et donc du prix, le budget global approchant les 200k€.

La construction du bâtiment de l’orphelinat à Phnom Penh est finie, l’école pour les déshérités éloignés de la capitale se termine et devrait ouvrir d’ici quelques mois.

Un nouveau bateau-clinique !

Le projet phare de l’association est la création d’un bateau en acier spécialement adapté aux missions de consultation et de chirurgie. Les plans sont déjà conçus et les travaux devraient débuter à Phnom Penh très prochainement pour une durée de 6 mois : le docteur Lim, de retour du Cambodge début novembre, est toujours en recherche d’un bateau pouvant correspondre à nos besoins.

Ce bateau nous apportera une installation électrique plus fiable, car les besoins sont importants : climatisation des blocs opératoires et nombreux matériels d’examens, de stérilisation et de chirurgie. Un bloc opératoire supplémentaire nous permettra de soigner un plus grand nombre de patients, dans la même période. Il y aura 4 à 10 chambres pour le personnel médical, ce qui nous permettra de remonter le Mékong encore plus haut dans les zones encore plus isolées tout en pouvant garder un confort minimum récupérateur. Le toit sera recouvert de cellules photovoltaïques et l’eau de pluie sera récupérée permettant une plus grande autonomie et des économies sur le long terme.

Nous sommes allés mi-avril au Laos, à Vientiane et à Luang Prabang, et avons pris contact avec les ophtalmologues Laotiens pour étudier leurs demandes et leur proposer notre aide tant en ce qui concerne les besoins en optique, en chirugie et dans le domaine mère-enfant. Nous remercions particulièrement les français vivants à Vientiane qui nous ont apporté une aide précieuse.

Association humanitaire ophtalmologique au Cambodge