COMPTE RENDU DE MISSION AMBANJA, Octobre 2019.

Equipe constituée de (par ordre alphabétique !) Line Bettinelli optométriste, Dominique Brunel anesthésiste, Véronique Le Nay infirmière de bloc, Marielle Valette ophtalmologiste, Jean-Claude Villon ophtalmologiste. Elisabeth Buisson n’a pu malheureusement nous rejoindre au dernier moment.

Tout le monde s’est retrouvé à St Denis pour le vol Air Austral à destination de Nosy Bé. Les vols France/La Réunion étant effectué par Air France, Air Austral ou French Bee. Accueil VIP par Honorette et Jéromine qui nous ont permis de raccourcir le passage des douanes. Oh bonheur, le gros colis du laser SLT arrive en même temps que les autres bagages. Pas de surcoût.

Ouf, le colis arrive!
Poisson du jour

Après une soirée passée ensemble dans une petite auberge privatisée au bord de l’eau, on prend « la coque » dimanche matin pour s’installer tous dans le bâtiment d’accueil de la Clinique (merci les filles). Déballage, rangements, installation du SLT… pour être sur le pied de guerre dés le lundi matin.

Clémentine

Les consultations

Ce sont Marielle et Line qui s’y collent. Joséa sera présente jusqu’à vendredi seulement car elle doit rejoindre Tana pour une période de formation. Yvette et Evelyne servent d’interprètes (« mora-mora »). Joséa fait l’admiration par sa conscience professionnelle et son envie de se perfectionner. Elle se débrouille très bien et peut assurer sans problème les suites opératoires et les consultations entre les missions

Le travail a été intense et très abouti. Des lunettes sont prescrites mais beaucoup de verres manquent dans l’atelier de Patrick qui travaille dans la pièce d’à côté en taillant et montant les verres pour les montures dont il dispose.

Deux consultations peuvent avoir lieu en même temps car il y a deux LAF fonctionnelles, le tonomètre marche bien. Les réfractions sont possibles à deux (mais il faudrait une deuxième lunette d’essai adulte, la deuxième qui est là-bas est branlante).

Les consultants viennent souvent avec un œil déjà perdu par glaucome, infection, traumatisme… Le nombre de glaucomateux est important, de même que les allergies (grosses conjonctivites vernales).

Une unité complète de consultations a été apportée par Francis Fontaine, non encore utilisée pour le moment, installée dans la salle du Yag et du SLT. Il faudra l’utiliser dans le proche avenir.

Joséa au laser/La clinique vue de l’hébergement/Line et Marielle qui consultent

Au total, outre les consultations pré et post opératoires du matin, 232 patients ont été examinés.

Le bloc opératoire

-la salle est un peu exigüe mais permet quand même d’avoir deux tables côte à côte. Honorette d’un côté aidée par Rosette et Jeanne, moi de l’autre aidé de main de maître par Véronique. Nous nous sommes partagés les opérations. Les aides ne servent pas à table mais sont prêtes à apporter ce qu’il manque à tout moment(visqueux qui sert jusqu’au bout, implant…). Véronique a fait du rangement en plus.

-Anesthésies efficaces grâce à Dominique. Pas vraiment habituée aux conditions parfois difficiles des missions, elle a été surprise d’une installation peu métropolitaine. Mais on peut quand même obtenir de bonnes conditions opératoires avec une rétrobulbaire de xylo.

-Deux microscopes de qualité suffisante pour une bonne chirurgie. Le microscope dit « de Crozafon » ne fonctionne toujours pas et n’a pu être réparé par l’électricien.

-Technique d’extracapsulaire par voie sclérale sans suture (dite de façon imparfaite « phaco-alternative » ou PhacoA) pour toutes les interventions de cataractes avec une seule complication, un hyphéma nécessitant un lavage au troisième jour. Cette technique est bien plus efficace que l’extra capsulaire par voie cornéenne et a l’énorme avantage de n’avoir besoin que d’un minimum d’instruments et d’être rapide. Un très large rhexis continu sous bleu facilite encore plus la vie lorsque la dilatation est bonne. Astigmatisme de 2 à 4 dioptries permettant une certaine « pseudo accommodation ». Cornées impeccables le lendemain.

Au bloc
Au bloc

-Au total : 76 interventions.

La plupart sont des cataractes, dont d’assez nombreuses interventions combinées cata/trabec. Pas d’urgence chirurgicale. Des ptérygions, des éviscérations pour œil infecté ou douloureux…

Les cataractes me semblent en moyenne plutôt moins avancées qu’il y a trois ans. Plusieurs auraient pu être phacocompatibles.

-Appareil Bausch et Lomb« STELLARIS PC », le top, apporté par des ophtalmologistes italiens. En s’y intéressant le dernier jour par manque de temps les premiers jours, on a estimé qu’il est en état de fonctionner sans problème. Un compresseur a l’air de bien marcher et il semble y avoir tout le nécessaire pour effectuer des phacos de qualité. Etant donné que le dimanche ne sera plus occupé à installer le SLT, il faudra que la prochaine mission vérifie le bon fonctionnement du Stellarisdés le début de la mission. Il y a quantité d’implants pliables dans les caisses. A mon avis, Honorette continuera longtemps à faire des PhacoA car elle maîtrise parfaitement la technique et certaines cataractes sont trop dures. Les instruments à la disposition des missionnaires sont placés dans des grosses boites métalliques où tout est mélangé. Il faudrait pouvoir disposer également de deux boites standardisées pour les missionnaires permettant un roulement pratique. A faire lors de la prochaine mission.

Retour à Nosy Bé le samedi matin, alors qu’Honorette dont l’avion ne partait que le dimanche est restée pour les post-op.

Mission efficace, joyeuse (karaoké, apéritif avec ceux qui nous ont aidés, chants..), en communion avec nos amis malgaches. Nous avons fait la connaissance du Père Elisée qui essaie de redresser la barre de la Clinique et qui a bon espoir de le faire. Merci à toutes et tous et surtout à Honorette et Jéromine.

Post op aux chapeaux
Véronique et Jéromine
Le bloc
Une partie des festivités